Le Cercle des Epines

Vers 1890, la haute société anglaise commença à s’intéresser à l’occulte. La plupart d’entre eux étaient plus intéressée par l’aspect charnel des rituels magiques que par la connaissance des arcanes. Il y avait cependant, quelques exceptions… Parmi eux se trouvait le Baron Zoria. Cet homme charismatique, venant de Russie disaient certains, était arrivé en Angleterre en 1890 et avait vite développé une réputation de fanatique, et d’un personnage à l’apparence résolument désagréable. Malgré (ou peut être à cause de) cette réputation, le baron réussit très vite à s’entourer de personnes dévouées.

Le culte grandissant de Zoria employa toute son énergie à trouver Oranbega, la cité depuis longtemps perdue. Bien que la plupart des gens croyaient que la cité avait été inventé par Girolamo da Verrazano, dans ses cartes basées sur les explorations de son frère, Zoria pensait que cette ancienne cité souterraine existait bel et bien. Il avait apparemment raison. En fait, il avait plus raison qu’il ne l’avait imaginé dans ses rêves les plus fous. Zoria clamait que Oranbega s’était écroulée sous la terre il y a 10000 ans, pendant la guerre entre les rois sorciers d’Oranbega et les warlords de Mu. Zoria pensait que s’il parvenait à percer le mystère de la cité, des pouvoirs inconnus seraient en sa possession.

Plutôt que d’organiser des fouilles archéologiques ou se plonger dans des archives poussiéreuses, Zoria choisit une approche plus direct. Il s’employa à entrer en contact avec les esprits des défunts rois sorciers d’Oranbega. Il y parvint, et durant une cérémonie du solstice d’hiver de 1898, le cercle des épines fut crée. Zoria et ses disciples prirent une étrange épine qui leur fut donnée par les esprits d’Oranbega. Ils l’enfoncèrent dans leur torse, visant directement le cœur. Leurs plaies se refermèrent aussitôt, scellant les épines profondément dans leurs corps, et leur conférant des pouvoirs magiques bien au-dessus de tout ce qu’ils n'avaient jamais possédé.

Durant l’année suivante, le culte révéla ses nouveaux pouvoirs. Ils parvenaient bien vite à atteindre le top des sociétés secrètes d’Europe. Des dizaines, puis des centaines de personnes voulaient les rejoindre, afin de jouir à leur tour de ses fameux pouvoirs qu’ils semblaient avoir maîtrisé. Leur ascension fulgurante fit très vite des jaloux, surtout venant de la part de groupes déjà établis comme The Golden Dawn ou l’O.T.O. Aliester Crowley décrivait lui-même le cercle d’épines comme une bande de fous et de charlatans. Ceci attira également l’attention de l’église et des groupes laïques qui craignait l’influence que pouvait avoir ce groupe sur la population d’Europe. Un grand nombre de nations condamnèrent les actions du cercle des épines, et interdirent leurs pratiques sur leur territoire.

Zoria et ses disciples ne s’en préoccupaient guère. Ils préparaient déjà leurs prochaines actions. Comme la guerre éclatait en 1914, ils quittèrent en masse l’Europe pour rejoindre le territoire américain. Heureuse coïncidence : la carte originale de Varrazano indiquait une entrée pour Oranbega sur la cote est américaine. Bien que des copies plus récentes de la carte indiquaient l’entrée en Nouvelle-Angleterre, Zoria n’y croyait pas. Ses communications avec les esprits lui laissaient penser que l’entrée se trouvait sous une métropole grandissante, que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Paragon City.

Durant les six années suivantes, on n’entendit plus parler du cercle des épines. Beaucoup en Europe pensait qu’ils avaient du succomber à une sorte de désastre, et que c’était bien mérité. En fait, Zoria et ses plus fidèles disciples étaient trop occupés à chercher l’entrée d’Oranbega. A les entendre, ils l’avaient trouvé. Tout d’un coup, le cercle émergea à nouveau, cette fois de façon publique. Ils formèrent un club privé mais très connu qui devint l’un des plus célèbre de l’ère de la prohibition.

Les années 20 furent l’age d’or pour le cercle. Les hédonistes jurèrent fidélité au sombre et dangereux Zoria et le cercle procéda à une série de cérémonies de magie noire, à peine dissimulée. Ils sacrifiaient des humains, invoquaient des démons et manipulaient le cour des choses grâce à leur magie, ceci en toute impunité. Grâce à leurs pouvoirs magiques, ils prévirent la grande dépression et vécurent cette époque très dure économiquement dans le luxe. Mais ce qu’ils n’avaient pas prévu, était l’arrivée de plus en plus distincte d’hommes costumés, qui combattaient le crime un peu partout en Amerique.

En 1933, quand les enfants de quartiers pauvres commencèrent à disparaître mystérieusement au beau milieu de la nuit, la police et les héros étaient complètement déconcertés. Il n’y avait aucuns signes d’infraction et aucune preuve. C’est à partir du moment qu’un héros du nom de Dream Doctor se pencha sur le cas, que le mystère du cercle commença à s’éclaircir. Lui-même maître de la sorcellerie, le Dream Doctor reconnu des traces de magie noire sur le lieu des enlèvements, et peu à peu, les indices le menèrent aux clubs privés du cercle.

A minuit lors de l’anniversaire de la création du cercle, le Dream Doctor fit irruption dans le quartier-général des membres du cercle, alors que ceux-ci se préparaient à sacrifier un enfant. Tandis que l’obscurité et la nuit envahissaient prématurément la chambre rituelle, le héros courut au secours de l’enfant, tua quelques membres du culte à coups de mystic blasts et libéra le jeune garçon juste à temps, sans même que Zoria et ses disciples aient le temps de réagir. Bien que le chef du culte réussit à s’enfuir, le Dream Doctor parvint à capturer les principaux acteurs du culte et les amena devant la justice.

Cette nuit de 1933 marqua la fin de l’existence publique du cercle des épines. Le baron Zoria et ses disciples restants s'enfuirent sous terre, et la rumeur disait qu’il se réfugièrent dans les décombres de la cité perdue d’Oranbega. Ils étaient obsédés par l’idée de se venger de l’homme qui avait presque causé leur perte : le Dream Doctor. Sachant pertinemment que le cercle n’en resterait pas la, le Doctor s’entoura de divers magiciens, occultistes et autres étudiants, pour l’aider à protéger la ville contre les futures attaques du cercle d’épines. Il appela ce groupe The Midnight Squad. Cette organisation existe toujours aujourd’hui et est l’un des groupes de super-héros les plus connus à travers tout Paragon city.

Au cours des décennies suivantes, le cercle d’épine et le midnight squad continuèrent à se battre régulièrement. Malheureusement, comme seuls les membres du cercle savaient comment se rendre dans la cité d’Oranbega, ils avaient toujours un endroit ou se réfugier si les choses tournaient mal. Malgré leurs efforts, les membres du super-groupe ne parvinrent pas à percer le secret de la cité perdue. A partir des années 90, le cercle des épines commença à se faire plus discret pour ne devenir qu’un groupe dans l’ombre comme il l’était à l’origine. A part quelques attaques sur des musées, ou des kidnappings d’antiquaire, le cercle ne faisait plus guère parler de lui.

Personne ne s’attendait à ce que ce soit une invasion extra-terrestre qui ouvre les portes d’Oranbega. Pendant la guerre, les Rikti utilisèrent les tunnels souterrains pour y installer certaines bases d’opération. Comme ils avaient besoin de plus de place, ils creusèrent encore et encore, très rapidement grâce à leur technologie. Les barrières magiques protégeant Oranbega du reste du monde n’avaient aucun effet sur les Rikti, et c’est ainsi qu’ils découvrirent les ruines de l’ancienne cité, base d’opération du cercle.

Bien que peu de héros l’avouent, cette découverte par les Rikti a joué un rôle déterminant, sans quoi la guerre n’aurait peut-être pas été gagnée. Le cercle, bien que peu actif ces derniers temps, n’était pas aussi mort que tout le monde l’imaginait. Les aliens étaient maintenant pris dans un étau : Ils devaient combattre des héros surpuissants à la surface, et de puissants magiciens invoquant des démons sous terre. Le baron Zoria, qui était alors désormais âgé, mena lui-même les attaques du cercle contre les Rikti, les repoussant d’Oranbega et des cavernes aux alentours.

Aucun journal n’a relaté le rôle qu’a joué le cercle d’épines durant la guerre, pourtant décisif, et les héros ne connaissait toujours pas pour la plupart l’existence d’Oranbega. En effet, peu de gens savaient exactement ce qu’il s’était passé sous terre. Cependant, après la guerre, des rumeurs s’amplifièrent, pour la plupart farfelue, comme quoi il existait une cité souterraine couverte d’or. Certains chasseurs de trésors et autres archéologues pénétrèrent dans les sous-sols de la ville à la recherche d’indices. Bien entendu, ils ne revenaient jamais. Ou du moins, s’ils revenaient, c’était sous un drap blanc…

Avec leurs boucliers magiques détruits, les membres du cercle savaient que tôt ou tard, les midnight squad ou un autre groupe de super héros viendraient leur causer des ennuis. Par conséquent, le baron Zoria et ses disciples décidèrent d’adopter une manière plus active de préparer leur défense. Ils commencèrent par envoyer des explorateurs qui avaient pour mission de capturer ceux qui s’aventuraient dans les souterrains et de les convertir au cercle en leur implémentant l’âme des esprits défunts de la cité. Quand plus personne n’osa s’aventurer sous-terre, le cercle devint encore plus actif. Ils organisèrent des expéditions à la surface pour convertir plus de monde. Et pendant ce temps, ils cherchèrent toujours un nouveau moyen pour protéger Oranbega.

Aujourd’hui, les rangs du cercle des épines sont en constante augmentation, grâce à leurs méthodes radicales de recrutement. Pour la première fois depuis des années, l’ambition du baron Zoria est grandissante. Etant donné que la ville est dans un état de chaos, les membres du midnight squad pensent que le cercle cherche réellement à s’imposer à la surface. Des membres du culte sont régulièrement vus à la surface dans des endroits divers. Des nouveaux clubs sociaux et autres cultes fleurissent un peu partout dans Paragon City, ceux-ci ayant des croyances étrangement similaires à celles du cercle, et certains groupes qui se contentaient jusque la à de simples séances spirituelles, procèdent aujourd’hui à des rites sanglants. Le Midnight Squad est décidé à stopper cette vague montante d’occultisme meurtrier, mais avec les nombreux problèmes que subit Paragon City, il est encore plus difficile de trouver du temps pour chercher les ruines d’Oranbega. Sans le moindre doute, le baron Zoria en est conscient…

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de City of Heroes ?

248 aiment, 46 pas.
Note moyenne : (306 évaluations | 16 critiques)
6,3 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de City of Heroes
(67 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu