La Chronique de Doc…



Arènes : Petit combat entre amis?
Par Ernie “Doc” Lardner, journaliste sportif

Galaxy City, 27 avril 2005 – Quand la Paragon City Building Commission m’a invité pour une avant-première concernant la mise en service imminente de l’Arène de Galaxy City, je ne me suis pas fait prier. La ville entière attendait impatiemment cet évènement − moi y compris. Cela fait 23 ans que je couvre les actualités sportives de New England, depuis le Golf Pro Putt-Putt jusqu’au Base-ball AAA en passant par la boxe poids lourd, mais des combats de superhéros? Eh bien, pour tout dire, ma curiosité professionnelle était piquée au vif. En plus, avec la descente en flèche de l’activité sportive à Paragon City depuis l’invasion Rikti (ces saletés de Rikti n’avaient rien trouvé de mieux que de faire exploser notre cher Atlas Memorium Stadium), l’idée d’héberger des compétitions entre héros me semblait un changement nécessaire et bienvenu dans une ville déprimée économiquement − sans compter que cela procurerait une excitante diversion pour une population encore marquée par les attaques.

Pour en revenir à notre sujet, mon email commençait à se remplir de questions : Comment cela va marcher ? Qu’en pense les héros ? Combien cela va-t-il coûter ? Et bien sûr, la plus importante : Comment y participer ?

Les citoyens voulaient tout savoir. Les héros voulaient tout savoir. Le « Doc » voulait tout savoir.

L’Arène de Galaxy City − comme ses jumelles dans Talos Park et Peregrine Islands qui, grâce à l’ingéniosité d’une technologique encore classée top secret, sont reliées les unes aux autres − représente une impressionnante combinaison entre un mémorial héroïque stylisé, une cathédrale néo-classique et un Colisée Romain. Avec ses tours arborant des drapeaux flottant au vent, ses larges piliers moderne-gothique et ses statues héroïques positionnées tout autour, elle ne semble pas seulement faite pour des combats de gladiateurs modernes, mais elle fait plutôt l’effet d’une arène sacrée où des superhéros quasi-mythiques peuvent se ceindre l’abdomen, ajuster leur armure et foncer dans un duel contre les plus improbables des adversaires − les autres superhéros.

J’avais rejoint Victoria Liebling, la Directrice des Relations Presse de la Commission, devant la porte principale de l’Arène. Avant d’entrer dans le bâtiment, Ms Liebling avait touché un mur lisse en me disant, “Peu savent cela, mais les Arènes étaient en fait basées sur un concept imaginé par Rudolph Siefert dans les années 1950, et qui faisaient partie de l’enchère infructueuse qui avait été faite par Paragon City pour héberger les Jeux Olympiques d’été de 1956.”

Bien sûr, les Jeux Olympiques allèrent à Melbourne. Et Siefert ne vécut pas assez longtemps pour voir son magnifique concept prendre vie.

Une fois traversées les doubles portes, nous nous trouvâmes dans un vaste lobby richement marbré qui englobait le rez-de-chaussée. Les murs s’incurvaient subtilement, formant un dôme éclairé au dessus de nous. De larges escaliers menaient à ce que Ms Liebing appelait le « Cœur de l’Arène » − Les Terminaux de combat. Ces kiosques assistés par ordinateur étaient les entremetteurs de tous les évènements.

Un simple clic sur l’écran du terminal, et nous voilà partis à la recherche du parfait match à joindre, créer ou observer.

Quand je plaisantai sur le fait que le système semblait un peu compliqué pour quelqu’un comme moi, elle secoua simplement la tête. “Pas vraiment, » dit-elle. “C’est même d’une simplicité enfantine”. Elle pointa la première colonne : Type d’évènement.

D’après Ms Liebling, “Les évènements sont divisés en plusieurs catégories :

Duel : Un match un contre un, héros contre héros. Ces duels n’affectent pas le classement PvP (JcJ) des participants.

Duel en équipes : Plusieurs héros se battent contre une autre équipe formée du même nombre de membres.

Bataille royale : Plusieurs héros se font face, et c’est chacun pour soi.

Bataille royale en équipes : Plusieurs équipes combattent pour la suprématie.

5UPER : Un évènement réservé au groupe, dans lequel chaque équipe se doit d’avoir exactement un Blaster, un Contrôleur, un Défenseur, un Ravageur et un Tank.

Rumble super-groupe : Un évènement de grande envergure dans lequel la totalité des membres d’un super-groupe fait face à un autre super-groupe, dans un match impliquant un maximum de 75 contre 75.

Ms Liebing continua. “Il y a aussi différents Tournois qui sont ouverts en permanence. Chacun d’eux a un prix d’entrée (en Influence).” Elle toucha la colonne : Frais. “Mais les gagnants remportent des récompenses basées sur la somme totale des frais collectés.”

“Tout le monde peut héberger une partie ?” je demandai, en pointant la colonne Créateur.

“Effectivement”, Ms Liebing répondit. “En fait, le créateur d’une partie est celui qui définit le type, la catégorie, et les règles”. Ces règles de base incluent :

Démarrage tactique : Tous les joueurs commencent le match avec 0 Endurance et aucun pouvoirs actifs.

Récupération max : Tous les joueurs bénéficient d’un énorme bonus de Récupération d’Endurance, donnant presque l’Endurance infinie. Les évènements utilisant cette règle n’affecteront pas le classement PvP.

Aucun pouvoir de furtivité : Les pouvoirs de furtivité n’empêchent plus de cibler les personnages, mais les rend juste difficile à repérer.

Aucun pouvoir auxiliaire : Les pouvoirs auxiliaires sont désactivés.

Aucun pouvoir de déplacement : Saut et Vitesse sont limités, et Vol et Téléportation sont désactivés. Cependant, les héros gardent les bonus attachés à ces pouvoirs, comme le bonus de Défense de Lévitation.

Pas d’observateur : Les joueurs extérieurs sont incapables d’observer le match.

Je lui dis que certaines de ces règles me paraissaient un peu handicapantes. Ms Liebing fut d’accord. “Ainsi, les héros peuvent créer des matchs équilibrés. Certains pouvoirs fonctionneront différemment des situations de combat de la vraie vie. Suivant ces règles de base, certains pouvoirs peuvent ne pas marcher du tout. Tout dépend de la façon dont les héros veulent jouer par rapport à leur équipe.”

En tant que vieux fan boxe, c’est la colonne Catégorie qui m’interpella. Ms Liebing avoua que le système était effectivement inspiré de celui utilisé en boxe.

“Il y a dix catégories qui correspondent à tous les Niveaux de Sécurité disponibles. Un superhéros peut jouer dans n’importe quel évènement s’il est plus bas ou équivalent à sa catégorie. Si le superhéros joue dans une catégorie plus basse, il sera « mentorisé » à la classe la plus haute de cette nouvelle catégorie (ce qui fait perdre certains pouvoirs et réduit l’efficacité des améliorations le temps du match).”

Niveau de Sécurité 1 à 5 : Poids mouche
Niveau de Sécurité 6 à 11 : Poids super-mouche
Niveau de Sécurité 12 à 13 : Poids coq
Niveau de Sécurité 14 à 21 : Poids plume
Niveau de Sécurité 22 à 26 : Poids léger
Niveau de Sécurité 27 à 31 : Poids moyen
Niveau de Sécurité 32 à 37 : Poids super-moyen
Niveau de Sécurité 38 à 40 : Poids mi-lourd
Niveau de Sécurité 41 à 46 : Poids lourd
Niveau de Sécurité 47 à 50 : Poids super-lourd

Nous attendons des superhéros qu’ils se battent pour atteindre le haut du Classement Arène. Ce classement donne aux superhéros une estimation de la compétence potentielle d’un adversaire en un coup d’œil.

J’en profitai pour dire à Ms Liebing qu’un système similaire était utilisé pour les échecs. (Récemment, j’avais couvert un bon nombre de tournois d’échecs).

Ms Liebing hocha la tête, “C’est similaire aux échecs. Chaque superhéros a un numéro, plus il est élevé, plus le combattant est bon. Quand un superhéros triomphe d’un adversaire avec un classement plus haut, le sien augmente de façon conséquente. Si le superhéros triomphe d’un adversaire classé plus bas, il ne voit pas une grande amélioration dans son propre classement. Le gain dépend de la différence entre les classements des superhéros. De façon similaire, si le superhéros est battu par quelqu’un avec un classement plus bas, il perd plus de points que si il avait été battu par quelqu’un avec un meilleur classement.”

Tout cela semblait être un système élégant pour n’importe quel gladiateur en herbe. Pour tous les superhéros qui cherchaient un peu d’action rapide, ils ne pouvaient pas mieux tomber grâce à ce système simple et rapide d’utilisation. Maintenant que j’avais expérimenté ce que l’Arène avait à offrir, j’étais impatient de couvrir mes premiers matchs.

Alors, qu’est ce qu’en pense le « Doc » ? Cela parait attractif pour les fans de sport et les superhéros qui veulent essayer leur talent dans ce que Paragon City a à offrir de mieux. Je réservai d’avance un siège aux premières loges lorsque l’Arène ouvrira enfin ses portes !

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de City of Heroes ?

248 aiment, 46 pas.
Note moyenne : (306 évaluations | 16 critiques)
6,3 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de City of Heroes
(67 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu