CONTACT RAPPROCHÉ : Azuria et MAGI



Premier chapitre d’une série mettant au grand jour ceux qui servent la ville et ses héros
Par Jackson Turner

Atlas Park, City Hall, 15 juin 2005 - De nombreux experts dans le domaine de l’Anthropologie ésotérique, la Crypto-Histoire et les recherches Paranormales (sans compter la plupart des mystiques, voyant et occultistes) partagent depuis longtemps une terrifiante croyance - comme le mentionnent les passages de textes des anciens tomes et manuscrits qui ont été décryptés, et à la suite d’enquêtes poussées : une lutte épique bien qu’occulte fait rage pour la survie de notre existence en tant qu’espèce et êtres spirituels ; un conflit qui se poursuit depuis des centaines d’années.

Dans Paragon City, enquêter, rechercher et neutraliser cette menace est une des responsabilités primordiales du Bureau Fédéral des Affaires Surnaturelles (BFAS) et du Magie, Alchimie, Goétie & Incantations (MAGI). Parmi les dévoués guerriers surnaturels du MAGI, il y a une incroyable femme qui se démarque par ses singulières habilités et les controverses qui entourent son poste de Liaison Fédérale avec les super-héros de cette ville. Son nom est Azuria, et elle a gracieusement accepté d’en dire plus au Paragon Times sur ses occupations, sa vie et son rôle vital de MAGI qui a pour objectif de nous protéger de ce conflit ancestral.

Bien que les experts au sein du MAGI soient souvent en désaccord sur la nature exacte de cette lutte, ils sont à l’unisson concernant la menace elle-même. D’après le Professeur d’Anthropologie ésotérique, également consultant pour le MAGI, Dr. Nathaniel Bierce, « C’est une conflit ancestral entre les premiers dieux, ou pour être plus précis, une suite de guerres qui remontent bien avant le début de notre propre Histoire. A bien des égards, c’est une guerre secrète, invisible mais qui a modelé et influencé une grande partie de l’histoire de notre terre - et qui continue à le faire d’ailleurs. »

Professeur de Folklore, Josef Keller : « La littérature abonde de références - depuis Homère à Lovecraft, en passant par Stephen King. C’est une guerre qui a lieu dans les sombres rêves. Dans les cauchemars et les visions conjurées. Dans le recoins étranges et oubliés de la Terre. Dans les rues de nos plus modernes cités. »

D’après un autre consultant MAGI et expert en anciens textes magiques, l’historienne Laura Brunetti, les archives historiques montrent que ces conflits suivent plusieurs cycles ; chauds et froids. Comme elle le dit si bien, « Les barrières dimensionnelles qui normalement nous protègent contre ces combattants peuvent s’affaiblir pendant un moment et soudainement, cette guerre fait une apparition tangible dans notre plan d’existence - généralement à notre plus grand détriment - et alors nous faisons face à une crise comme celle du Malleus Mundi, lors du dernier Halloween. La lutte est continuelle néanmoins. Nous devons rester vigilant. »

Azuria, dont le talent principal est la divination (« le nouveau système de grades du service civil la classifie en tant que Spécialiste Communications Intemporelle SGS-40 », elle commente en s’esclaffant), sait trop bien le prix d’une vigilance défaillante. Alors que la majorité de la population reste totalement ignorante du conflit, un moment d’inattention de la part du MAGI pourrait signifier le désastre pour des millions de personnes.

« Nous prenons tous nos responsabilités au sérieux, » elle précise en réponse à l’accusation d’incompétence qui a été avancée à la lumière de certains évènements infortunés impliquant le vol d’artefacts magiques dans le coffre du MAGI. « Nous sommes soumis à une énorme pression - psychique et physique - de la part de nos ennemis. Toutes les personnes qui ont un contact avec le royaume des esprits sont sujettes à ces inexorables forces. Mais ce ne sont pas juste les assauts spirituels - ajoutez à cela les Kheldians, les Riktis et tous les autres groupes affublés de pouvoirs qui peuvent être utilisés contre nous. Mes défenses personnelles sont assaillies en permanence. Il n’existe pas de parfait bouclier contre cette offensive. Nous triomphons souvent, mais une fois de temps en temps, ils arrivent à passer au travers. C’est une des raisons pour lesquelles je prends grand soin d’instruire et guider nos nouveaux super-héros.

Bien qu’Azuria soit toujours jeune et quelque peu fragile d’apparence - MAGI situe son anniversaire au 12 octobre 1980 - elle est investie d’une force qui semble bien plus ancienne et sage. Elle a le rire facile, est plutôt agréable, mais il y a toujours une part d’elle qui semble réservée et parfois même un peu lasse.

« C’est la vie », elle dit avec un soupir. « Je viens d’une famille de gens qui sont nés avec des “dons”. Nous avons été impliqués dans ce conflit, aussi loin que nous puissions nous en souvenir - mon arrière grand-père travaillait avec le Docteur Dream et les Pleinelunes - et même avant cela. Les persécutions de l’ennemi à notre égard remontent aussi loin d’ailleurs. »

Consultant les experts à propos de la nature de cet « ennemi », ce reporter a été confronté à une variété de réponses concernant des dieux malicieux et des esprits démoniques.

Azuria a une vision bien spécifique sur le sujet. « Il ne s’agit pas d’une histoire simple ou même complète. Ce que nous en savons a été rassemblé pièce par pièce des manuscrits pourrissants écrits dans des langues archaïques ou magiques - et MAGI en découvre plus tous les jours. Il y a aussi des indices laissés dans la mythologie et l’histoire du monde. Si vous savez comment les trouver, les preuves sont éparpillées partout. Bien sûr, la plus définitive, si je peux me permettre d’utiliser ce mot, preuve est découverte par le biais de gens comme moi - les héros, les voyants, les magiciens, les visionnaires et les prophètes - qui ont été impliqués dans le conflit.

« La plupart de notre savoir reste obscur, c’est certain, et hautement secret - ceux qui nous font face aimeraient bien connaître l’étendue de nos connaissances - mais la version courte est que nous affrontons des esprits de la nature qui, à l’aube de l’humanité, ont évolué hors du contrôle des éléments pour devenir des dieux qui nécessitaient l’adoration et la dévotion des mortels. Ces dieux formèrent des panthéons qui s’alignèrent eux-mêmes avec les premières tribus humaines du nord de l’Afrique et la Méditerranée orientale.

« Un conflit s’ensuivit entre les panthéons. Un en particulier, mené par le dieu Lughebu, découvrit quelque chose de mieux que de n’être que les récipients d’une adoration. A la place, ils se nourrirent des émotions humaines - c’est-à-dire la douleur, la peur et la souffrance. Une grande guerre civile entre les dieux surgit. Commandés par la déesse Teilekku, les panthéons bienveillants réussirent à arracher les âmes du panthéon de Lughebu de leurs corps et les bannirent dans le royaume des esprits. Nous les connaissons aujourd’hui sous le nom du Panthéon des Bannis.

Parmi les autres panthéons, la découverte, l’utilisation et l’apprentissage de la magie par Teilekku devint une affaire importante. Un étudiant, le dieu Ermeeth, chercha à inculquer ces secrets aux humains qui, investis de pouvoirs magiques, n’auraient désormais plus besoin des dieux. Une situation que les autres dieux trouvèrent, naturellement, intolérable. Un autre conflit fit rage, cette fois-ci entre Teilekku et Ermeeth. La faction de Teilekku, menée par un de ses pupilles les plus prometteurs, Hequat, réussit à vaincre Ermeeth à l’issue d’une bataille titanesque. Accompagné de ses disciples survivants, Ermeeth s’échappa vers la mer, et finit par former la grande cité de Oranbega le long de la côte est du continent nord-américain. Après la découverte de cette cité, Hequat créa la puissante nation de Mu dans l’Atlantique pour contrer le pouvoir resurgissant de Ermeeth. Le temps passant, une autre bataille climatique eut lieu, opposant Hequat et Ermeeth, dans laquelle Mu fut détruite et Oranbega disparut dans le monde des légendes et des mythes. A ce jour, ces panthéons et leurs partisans - le Panthéon des Bannis, le Cercle des Epines d’Oranbegan et les descendants d’Héquat et de Mu - livrent une lutte mortelle pour la prédominance terrestre et ils feront appel à tous les moyens, même d’autres groupes de vilains, pour atteindre cet objectif. Notre rôle au MAGI a pour seule raison d’être de tous les vaincre.»

Bien que le Panthéon des Bannis et le Cercle des épines ne soient pas inconnus aux super-héros de Paragon City, qu’en est-il de ces « descendants de Mu » ? Azuria sourit et jette un regard circulaire au vestibule principal du MAGI. « Tout autour de nous », elle dit. « La plupart du MAGI est composé par eux. Presque tous les héros aux pouvoirs magiques, les voyants, les mystiques, les sorciers, les sorcières, les médiums en font partie. Moi y compris. Nous sommes les restes de la Grande Diaspora qui eut lieu après que les Oranbegans dévastèrent le continent de Mu. Nous sommes des millions, et nous sommes leurs plus grands ennemis. Et bien que les Oranbegans et leur Cercle des épines aient juré de nous traquer jusqu’au dernier…nous triompherons. Nous sommes le dernier et le meilleur espoir contre ces dieux ténébreux. »

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de City of Heroes ?

248 aiment, 46 pas.
Note moyenne : (306 évaluations | 16 critiques)
6,3 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de City of Heroes
(67 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu