Steel Canyon

Cette zone prospère de Paragon City était habitée au 19ème siècle par des bijoutiers et la plupart des quartiers de Steel Canyon ont gardé des noms datant de cette époque. Elle a connu dès le 20ème siècle une véritable explosion dans la finance et l'investissement. Ce secteur prolifique vit soudain arriver des sociétés de courtage, des compagnies d'assurances et des cabinets d'avocats qui achetaient tous les biens immobiliers. A la fin des années 20, la plupart des compagnies avaient bâti des gratte-ciel pour afficher leur réussite aux yeux de toute la ville. Ce sont ces immenses tours surplombant les rues de la ville qui ont valu à ce quartier son surnom de canyon d'acier ou "Steel Canyon".

 Hélas, cette prospérité apparente avait sa face sombre... C'est à cette époque que la Southern United Manufacturing Company décida de transférer son siège social à Steel Canyon. Cette situation de monopole installa ses bureaux dans plusieurs dizaines de gratte-ciel et finit par dominer rapidement l'horizon des affaires de Paragon City. Derrière ses portes closes, la Southern United exerçait une pression considérable sur les politiciens locaux. La corruption était monnaie courante, mais la compagnie n'hésitait pas à recourir au chantage, voire aux menaces physiques. Elle soutenait également le maire James Rabinowitz alias Spanky, notoirement corrompu mais pourtant très populaire. La Southern United s'est considérablement enrichie pendant la Prohibition, profitant de sa logistique de transport pour acheminer de l'alcool de contrebande en provenance du Canada.

Lorsque le Statesman fit son entrée, ses premiers combats furent dirigés contre des truands de bas étage qui trafiquaient de l'alcool dans les bars clandestins. Mais il comprit très vite que ce réseau de contrebande d'alcool était l'œuvre d'une organisation beaucoup plus puissante. Grâce à son audace et un bon coup de pouce du destin, le Statesman découvrit la corruption qui régnait au sein de la Southern United.

 C'est au cours de la campagne du Statesman contre la Southern United qu'une menace nettement plus grande fut découverte. La compagnie n'était qu'une façade cachant un mal beaucoup plus sournois couvant depuis plus d'un siècle : Nemesis, le Prince prussien des Automates. Dans cette première grande confrontation entre le Statesman et Nemesis, le Statesman détruisit la compagnie qui permettait à Nemesis de collecter des ressources pour sa guerre personnelle contre l'humanité. De nombreux autres combats allaient les opposer. Blessé mais pas vaincu, Nemesis lâcha des légions sur la ville, espérant prendre possession de la cité par une attaque éclair. C'est en cette journée tragique, baptisée 'Lundi de Cuivre' par la presse, que les troupes revêtues de métal du Prince prussien envahirent les rues de Steel Canyon. De mémoire d'homme, on n'avait pas vu une telle démonstration de force depuis les sombres années de la Guerre civile.

 Ralliant les autorités, le Statesman repoussa les forces de Nemesis. Notre héros parvint enfin à confronter Nemesis, obligeant l'archivilain à battre en retraite. Le Statesman, premier humain doté de super-pouvoirs à bénéficier d'une telle couverture médiatique, devint le symbole de la contribution des super-héros à la société pour le bien de tous. La police s'efforça dès lors de coopérer avec ces justiciers masqués, les êtres dotés de super-pouvoirs n'hésitant plus à utiliser leurs pouvoirs au grand jour. Ce soutien grandissant de la population aboutit en 1936 à la promulgation du Citizen Crime Fighting Act.

De nos jours, Steel Canyon est toujours un quartier financier, mais de nombreux bijoutiers y ont toujours pignon sur rue. Aucun groupe de super-vilains n'a vraiment repris le contrôle de Steel Canyon, mais ils luttent tous pour la suprématie dans ce quartier lucratif. Qu'il s'agisse des Parias et de leurs pouvoirs élémentaires, des Trolls difformes ou du Tsoo, ils s'affrontent sans relâche pour régner sur Steel Canyon. Jusqu'à maintenant, le sang coule toujours et ce conflit est dans une impasse, mais les entreprises et les habitants du quartier espèrent que l'arrivée de nouveaux super-héros éliminera cette menace une fois pour toutes.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de City of Heroes ?

248 aiment, 46 pas.
Note moyenne : (306 évaluations | 16 critiques)
6,3 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de City of Heroes
(67 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu